©Alexandra Tizio
Engagées,  Entrepreneuses,  Interviews / Portraits

Meet My Mama : Loubna et Donia favorisent l’empowerment des femmes au foyer grâce à la cuisine du monde

Âgées de 27 et 26 ans, Loubna et Donia offrent aux femmes qui rencontrent certains freins, l’opportunité de devenir cheffes culinaires. En deux ans, 200 mamas ont rejoint leur communauté.

Lutter contre l’exclusion des femmes au foyer. C’est de cette ambition qu’est née Meet My Mama, à Paris. Cette start-up lancée par Loubna Ksibi, 27 ans, Donia Souad Amamra, 26 ans, et Youssef Oudahman, 31 ans, redonne aux réfugiées, expatriées, immigrées ou femmes au foyer, le pouvoir d’intégrer la vie active. Grâce à ces entrepreneures passionnées de cuisine, les entreprises peuvent commander sur la plateforme Meet My Mama, des « voyages culinaires » tels qu’une « escapade berbère » ou un « safari en Afrique de l’Ouest », pour leurs événements professionnels. Des mamas originaires du Pérou, du Brésil, du Sri Lanka, de l’Islande, du Japon, du Maroc ou encore du Mali, se chargent alors de concocter avec amour, des plats faits maison, pour divertir les papilles des clients.

« Les femmes reprennent le pouvoir »

L’arrivée des réfugiés a fait « tilt » auprès de Loubna, ex-étudiante en industrie de réseaux et économie numérique, et Donia, passée par les bancs de Sciences Po. D’origine marocaine, Loubna souhaite faire bouger les lignes. « On ne voulait pas reproduire les mêmes schémas d’immigration qu’ont connus nos parents ou grand-parents. Je vois ma grand-mère qui ne sait toujours pas lire et s’exprimer avec aisance en français. Elle n’a jamais travaillé. On s’est dit que c’était dommage, surtout que plusieurs de ces réfugiées avaient une très bonne situation dans leur pays », explique-t-elle. Se tourner vers la cuisine pour mettre ces femmes en valeur sonnait comme une évidence.

 « Dans le domaine de la restauration, plus de 90% des chefs sont des hommes. Pourtant, je sais que si je veux manger le meilleur tajine, je vais aller voir une mama. On a toujours trouvé ça bizarre qu’elles ne soient pas cheffes dans les grands restaurants »,

déplore Loubna. Si parmi les réfugiés ayant  trouvé un emploi, seulement 19% sont des femmes contre 53% d’hommes (étude Dares), les co-fondatrices de Meet My Mama ont le mérite d’inverser la tendance. « Dans les couples qu’on rencontre, les femmes reprennent le pouvoir. Elles subviennent au besoin de leur famille. Ce sont elles qui apprennent le français en premier », souligne Donia avant d’ajouter : « Nous sommes convaincues que l’homme est résilient, mais la femme est encore plus motivée à se battre. On le voit au quotidien et ça nous enchante. »

« Elles sont fières de se sentir évoluer »

Grâce à l’association Mama Academy, les 200 femmes qui ont rejoint la communauté reçoivent non seulement des formations culinaires avec des chefs professionnels, mais apprennent également à pitcher lors des événements professionnels qui accueillent leur cuisine. « Les mamas sont aussi là pour raconter leur histoire. Elles sont formées sur la confiance en soi et la prise de parole en public », indique Donia. Grâce à Meet My Mama, ces femmes arrivées des quatre coins du monde sortent de l’isolement. « Certaines ne sortaient pas beaucoup de chez elles, ou restaient dans leur communauté », note Loubna. Cette activité leur permet aussi de gagner de l’argent pour rembourser leurs dettes et de commencer à partir en vacances. 

« Elles sont très fières parce qu’elles reprennent confiance en elles et se sentent évoluer »,

 poursuit Loubna. Aminata, une mama d’origine ivoirienne, reçoit de nombreux compliments de la part des entreprises, mais également de sa fille. « C’est génial car elles changent de regard sur elles mêmes mais leur entourage aussi. »

« Les mamas apportent un côté humain à l’entreprise »

L’objectif de Meet My Mama est aussi de briser les codes des événements professionnels. Tandis que Loubna et Donia s’occupent de la coordination (recherche de clients, packaging, logistiques, organisation) les mamas gèrent la partie traiteur. A travers leur cuisine du monde, les scénographies et leurs discours, elles « apportent un côté humain, chaleureux à l’entreprise », comme l’explique Loubna. Dans notre culture maghrébine, l’invité doit recevoir un accueil chaleureux, être à l’aise, ne plus avoir faim quand il repart. Ce sont des choses qu’on a gardées mais que les traiteurs ont parfois perdues. On a décidé de réinventer les événements d’entreprises avec une vraie expérience que vivent les collaborateurs. La mama vient raconter qui elle est, d’où elle vient ». Donia rebondit : 

« Les entreprises se rendent compte qu’elles avaient besoin de ça pour fédérer les collaborateurs. Elles en redemandent à chaque fois. » 

Meet My Mama a séduit environ 350 sociétés telles que BNP, L’Oréal, Hermès ou encore Vinci, depuis sa création. Loubna et Donia organisent entre 80 et 100 événements par mois, avec les mamas. Un rythme effréné qu’elles étaient loin d’imaginer : « C’est énorme ! Ca dépasse largement ce qu’on s’était fixé et on est très contentes. » Pour 2019, Meet My Mama envisage d’étendre ses événements aux autres régions de France.

View this post on Instagram

Beautiful Mamas 😌#missworld #worldbestfood

A post shared by Meet My Mama (@meetmymama) on

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram
Linkedin
Twitter